Critiques

L’arracheur de rêves, de Pierre-Luc Lafrance

11 janvier 2016
L'arracheur de rêves
L’Arracheur de rêves est un objet particulier : il s’agit de la réédition d’un recueil de nouvelles reliées entre elles par un récit englobant. À cette réédition, on a ajouté un court roman original, Dans ses pas, qui mélange l’horreur, le fantastique et, dans une moindre mesure, le policier.
L’Arracheur de rêve (le récit) présente Marc-Antoine, un jeune écrivain de retour à Québec après avoir fait le tour de l’Amérique Latine. Il se loue un vieil appartement, étonnamment peu cher, et tente de trouver l’inspiration. Rapidement, il commence à faire des rêves étranges où il devient quelqu’un d’autre. Ces rêves, ce sont les nouvelles. Sombrant dans l’apathie, Marc-Antoine rêve de plus en plus fréquemment et en vient à négliger tout le reste. Si bien qu’il finit par se demander ce qui cause ses rêves : serait-ce le fantôme de la précédente locataire, une vieille dame décédée depuis peu?
L’auteur explique dans son introduction qu’il a voulu montrer la différence entre deux auteurs : l’ancien et le nouveau. C’est pourquoi le recueil de nouvelles n’a pas subi de modifications ou d’ajouts depuis sa parution originale, en 2008, aux éditions La Veuve Noire. Et c’est aussi pourquoi le recueil est, à mon sens, inégal. Certaines nouvelles sont excellentes et d’autres un peu plus faibles.
La structure du récit (une nouvelle, suivie d’une partie de L’arracheur de rêves, et ainsi de suite) crée une répétition qui finit par devenir légèrement lassante. À cela s’ajoute le fait que l’intégration du récit avec les nouvelles n’est pas toujours parfaite. Heureusement, passé la moitié du récit, le suspense s’installe et on a vraiment hâte de découvrir la cause des rêves étranges. La fin est aussi déroutante, on a presque l’impression de lire une autre histoire. Pierre-Luc Lafrance a d’ailleurs ajouté en fin d’ouvrage le contexte d’écriture des nouvelles (une super idée!), et corrobore cette impression : il a imaginé la fin de l’histoire en premier.
Dans l’ensemble, je peux affirmer sans gêne avoir passé un très bon moment dans la lecture du recueil; les nouvelles L’art secret de la filature, Toutes ces voix en lui, Maman (la plus courte nouvelle, mais quelle nouvelle!) et Le rêve est une éternité perdue valent à elles seules le détour.
Mais là où Pierre-Luc Lafrance brille, c’est dans le court roman Dans ses pas. Le pari risqué d’amalgamer fantastique, horreur et policier est ici relevé avec brio. Les personnages, crédibles et nuancés, nous permettent de plonger sans retenue dans l’histoire. On y suit Olivier, qui se découvre le pouvoir d’entendre les pensées des gens, à condition qu’il marche dans leurs pas. Alors qu’il marche en forêt, il entrera dans les pensées d’un être sombre et torturé, qui ne cherche qu’à se venger du tort qui lui a été fait. Un thriller intense, où la violence crue accentue la tension déjà vive.
Lafrance avait donc raison : il y a bien deux auteurs à cet ouvrage. Et c’est un réel plaisir de voir une telle évolution dans un même ouvrage, surtout lorsque l’évolution est aussi positive!

You Might Also Like

No Comments

Laissez votre commentaire!

Recevez nos critiques par courriel!

Recevez nos critiques et nos actualités littéraires directement dans votre boîte courriel!
Courriel
Prénom
Nom
Secure and Spam free...